Club de lecture de la Librairie Gallimard de Montréal

https://www.facebook.com/clubdelecturegallimard

Revue de presse de la semaine du 4 novembre 2013

Par Thomas Dupont-Buist

Plus qu’une semaine avant notre seconde rencontre. Les commentaires affluent et chacun se prépare à défendre ses coups de cœurs devant le reste des membres du club. En attendant, voici la cinquième revue de presse.

 

À propos de Mobiles de Sandra Lucbert

Mobiles de Sandra Lucbert

Mobiles de Sandra Lucbert

 

« Pour conclure, je dirais que ce roman de Sandra Lucbert m’a vraiment parlé. Je me suis reconnue quelquefois, et j’ai reconnu pas mal de mes amis. Des discussions interminables que nous avons pu avoir, notamment sur les « mensonges » entendus à propos des longues études, et la galère que ça peut être après… Un livre qui fait du bien, on a l’impression d’avoir été moins seul au monde ! »

-Claire sur le blogue Small Things, le 4 septembre 2013-

 

À propos de Les Occupations de Côme Martin-Karl

Les occupations de Côme Martin-Karl

Les occupations de Côme Martin-Karl

 

« Un roman attachant, drôle et fin, dont l’intelligence est de laisser sourdre la morale sous les aventures d’un personnage somme toute très simple et banal, et qui porte sur lui toutes les souffrances d’une Occupation dont les Salauds ne sont pas toujours ceux que l’on croit. »

-Loïc Di Stefano sur le blogue Salon littéraire, avril 2013-

 

 

À propos de Frères de David Clerson

Frères de David Clerson, éditions Héliotrope

Frères de David Clerson, éditions Héliotrope

 

« Soyons francs : Frères est un roman qui dérange, en raison de sa force, de son propos. Il a un petit quelque chose de Dogville, mais aussi du Grand cahier et d’Oss. C’est que l’auteur, un Sherbrookois d’origine œuvrant actuellement dans le milieu de l’édition, a un don particulier pour amalgamer réalités et chimères. Et il le prouve habilement avec l’histoire de ces deux frères, dont le cadet serait né du bras de l’aîné, volontairement coupé par leur mère puisque, à ses dires, le monde est trop mauvais pour être affronté seul. Trois parties, trois aventures, une quête : comprendre l’origine de la douleur d’être. Un premier roman tout aussi astucieux que téméraire. »

-Josée-Anne Paradis dans Le Libraire le 6 septembre 2013-

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>