Club de lecture de la Librairie Gallimard de Montréal

https://www.facebook.com/clubdelecturegallimard

Revue de presse de la semaine du 11 novembre 2013

Par Thomas Dupont-Buist

La deuxième rencontre du club aura lieu ce lundi 11 novembre 2013. Un compte-rendu de celle-ci suivra bientôt, afin que vous puissiez voir où nous en sommes dans notre processus d’évaluation. Pour le moment, voici la traditionnelle revue de presse de la semaine.

 

À propos de Les pavés dans la mare de Nicolas Delisle-L’Heureux

Les pavés dans la mare de Nicolas Delisle-L'Heureux, éditions Pleine Lune

Les pavés dans la mare de Nicolas Delisle-L’Heureux, éditions Pleine Lune

 

« S’il réussit à bien dessiner les contours de son protagoniste – Jakob n’est pas très sympathique, idéaliste mais lâche -, Nicolas Delisle-L’Heureux a peut-être voulu embrasser trop large, de la chronique familiale à la fuite dans la nature, en passant par la critique sociale. Il laisse ainsi bien des personnages en plan, les rattrape au passage alors qu’on n’y pensait plus, en laisse tomber d’autres… On finit par se perdre dans ce labyrinthe qui aurait gagné à être resserré. »

-Josée Lapointe dans La Presse du 5 juin 2013-

 

À propos de Deuxième femme de Caroline Pochon

Deuxième femme de Caroline Pochon

Deuxième femme de Caroline Pochon

 

« Écrit comme un carnet de bord, au jour le jour, par l’héroïne, ce huis clos franco-sénégalais ­magnifiquement mis en scène est dépaysant par son contexte mais aussi par ses personnages que la passion, le sens du devoir, le courage, la jalousie et la grandeur d’âme déchirent. Ils ont la trempe de grands héros tragiques. »

 -Astrid De Larminat dans Le Figaro du 9 janvier 2013- 

 

À propos de Fleurs au fusil de Marjolaine Deschênes

Fleur au fusil de Marjolaine Deschênes, éditions La Peuplade

Fleurs au fusil de Marjolaine Deschênes, éditions La Peuplade

 

« Il s’agit d’un premier roman pour Marjolaine Deschênes qui s’était, jusqu’à maintenant, fait principalement connaître pour ses poèmes.  Fleurs au Fusil  est  empreint de cette poésie et porteur  d’images fortes qui renforcent  le côté déstabilisant de l’œuvre. Déstabilisante pour les propos qu’elle tient, qui sont crus et forts en émotions, mais aussi déstabilisante en ce qu’elle rejette et embrasse plusieurs formes littéraires à la fois. »

-Vickie Lemelin-Goulet sur le blogue Les Méconnus le 21 septembre 2013- 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>