Club de lecture de la Librairie Gallimard de Montréal

https://www.facebook.com/clubdelecturegallimard

Faire beaucoup en si peu. Compte-rendu de lecture. Monde sans oiseaux de Karin Serres

Par Charles Milliard

Une recherche sommaire sur le passé de Karin Serres nous apprend qu’elle a été entre autres metteure en scène et décoratrice. Voilà des informations qui expliquent une partie du succès de son premier roman, Monde sans oiseaux. Au-delà de l’histoire qu’il raconte, ce très court roman vient capter l’intérêt par l’atmosphère qu’il décrit, par la mise en place et en espace du village où habite la protagoniste, « Petite boîte d’os ».

Monde sans oiseaux de Karin Serres

Monde sans oiseaux de Karin Serres

Avec une poésie franchement enlevante et un talent certain pour apporter un peu de « science-fiction lyrique » dans un monde où règne la mort, Karin Serres trace les contours d’un peuple où les conventions sont loin des nôtres et pourtant si proches. Sans tout comprendre du passé et des rites de ces villageois nordiques, on se prend rapidement (par chance, car le tout est très court) à apprécier l’œil voyeur que nous offre l’auteure sur leur quotidien.

En plus d’offrir des réflexions intéressantes sur la place à consacrer aux défunts dans une société et sur le rapport de l’homme à son environnement, Monde sans oiseaux nous donne en prime accès à une histoire d’amour atypique qui surprend par son réalisme. Et les oiseaux dans tout ça? Ils sont bel et bien disparus, permettant ainsi à Karin Serres, lorsqu’elle les évoquent, de nous démontrer la force et la vigueur de sa plume naissante.

À lire, tout simplement.

Consultez le descriptif de ce titre.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *